Composition

Le GIP est la structure officielle - personne morale - agissant pour l'ensemble des membres du réseau CNFM.

"Le Groupement d'Intérêt Public pour la Coordination Nationale de la Formation en Micro et nanoélectronique" GIP CNFM a été créé officiellement par arrêté du Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie et du Ministère de l'Education Nationale à la date du 20 février 2002.

Un nouvel arrêté du 3 mars 2010 a officiellement modifié son nom qui est désormais "Le Groupement d'Intérêt Public pour la Coordination Nationale de la Formation en Micro électronique et en nanotechnologies ".

Ce GIP regroupe le réseau d'universités actives en enseignement et en recherche en microélectronique, microsystèmes, et nanotechnologies, et les industries du semiconducteur fédérées par l'ACSIEL Alliance Electronique (Alliance des Composants et Systèmes pour l'Industrie Electronique) et la FIEEC (Fédération des Industies Electriques, Electroniques et de Communications).

 

Les membres du groupement

Les membres universitaires sont les établissements de rattachement universitaire des 12 pôles et services nationaux. Ils représentent au sein du GIP l'ensemble des établissements d'enseignements supérieur fondateurs et utilisateurs des services de moyens mutualisés.

Le réseau national est constitué de 12 pôles répartis sur l’ensemble du territoire et rattachés à 12 établissements d’enseignement supérieur et d’une direction nationale dont le siège est actuellement hébergé par le pôle CIME Nanotech, au sein de Grenoble INP sur le site de MINATEC.
Les pôles sont en pratique localisés dans des zones historiquement actives dans le domaine de la microélectronique avec un environnement académique, de recherche et industriel favorable au développement des activités grâce à cette synergie potentielle.
Les pôles ont aussi été créés dans une spécialité reconnue avec le double objectif de regrouper, dans un même centre, les équipements sur une plate-forme conséquente et ouverte à l’ensemble des formations locales mais aussi régionales voire nationales afin de limiter les duplications et de couvrir au niveau national les principales thématiques en accord avec les besoins manifestés par les entreprises du domaine.

Du fait de la nécessité d’avoir accès en permanence aux nombreux outils de conception et en raison du nombre très important de postes de travail nécessaires aux formations initiales d’ingénieurs et masters (principalement) réparties sur le territoire, des services nationaux de fourniture de logiciels ont été structurés et sont portés par le pôle de Montpellier. Cette organisation permet une négociation unique avec les fournisseurs de logiciels pour l’ensemble du réseau ce qui, d’une part, minimise le temps passé à ce type d’activité pour l’ensemble de la communauté, et d’autre part, permet de négocier avec plus de force l’acquisition de nouveaux logiciels

Les plateformes technologiques sont regroupées dans des pôles interuniversitaires. Ces pôles sont rattachés aux établissements membres du GIP. Chaque pôle est ainsi défini sur une zone avec une vocation régionale ou nationale. Les établissements utilisateurs des plateformes technologiques ou de caractérisation, associées au pôle, sont rattachés à ce pôle. Un bon nombre de ces institutions (universités, écoles d'ingénieurs, grands établissements), sont les établissements fondateurs des pôles interuniversitaires. Les établissements utilisateurs des outils de conception fournis par les services nationaux passent par le pôle afin de regrouper les demandes envoyées aux services nationaux.

 

Pôles associés aux membres et leurs zones d'action

CNFM_Carte2016.jpg
 
Points d’entrée des 12 pôles du CNFM :
  • PCB (Pôle CNFM Bordeaux)
  • CIME Nanotech (Centre Interuniversitaire de MicroElectronique et Nanotechnologies), de Grenoble
  • PLFM (Pôle Lillois de Formation en Microélectronique)
  • PLM (Pôle Limousin de Microélectronique)
  • CIMIRLY (Centre Interuniversitaire de  MIcroélectronique de la Région LYonnaise)
  • Pôle PACA, Marseille
  • PCM (Pôle CNFM de Montpellier)
  • PMIPS (Pôle MIcroélectronique Paris Sud)
  • CEMIP (Centre de Microélectronique de Paris)
  • CCMO (Centre Commun de Micro-électronique de l’Ouest), Rennes
  • MIGREST (MIcroélectronique GRand EST), Strasbourg
  • AIME (Atelier Interuniversitaire de MicroElectronique), Toulouse
Français